fbpx

SEX EDUCATION

Thérapies sexuelles pour adolescents

N

ouvelle venue sur Netflix, cette série me fut conseillée par ma sœur et mon beau-frère qui l’ont bing-watché en un week-end ! Avec Johan, nous l’avons en regardé en deux week-end. A l’arrivée, c’est une série drôle et attachante que l’on a découverte, avec un côté britsh légèrement américanisé et de bons acteurs solides. En somme, nous avons beaucoup apprécié suivre Otis et ses camarades dans leurs problèmes sexuels et sentimentaux.

De gauche à droite, Jackson, Otis, Maeve, Eric, Aimee, Adam et Ola, une partie des personnages principaux de la série

Le personnage principal, Otis, va se retrouver à jouer les thérapeutes sexuels pour ses camarades. Comment en arrive t-il là ? Grâce à deux femmes très importantes dans sa vie. Sa mère, en premier lieu, campée par une Gillian Anderson au top de son art, drôle et vive, qui incarne ici une thérapeute sexuelle extrêmement ouverte qui élève seule son fils Otis suite à son divorce. La relation qu’entretiennent la mère et le fils est atypique. Le jeune homme ne s’étonne plus de voir débarquer des amants de passage de sa mère dans sa chambre (qu’ils confondent avec la salle de bain) tandis que la mère ne cesse de psychanalyser son fils à tout bout de champ, sa manière à elle de lui montrer qu’elle l’aime.

Mais c’est une de ses camarades de classe, Maeva, qui le convaincra réellement de jouer les psychologues pour son lycée. La jeune fille est brillante, vive, intelligente mais aussi semble être un paria de la « société lycéenne ». Cataloguée de croqueuses de bites par ses camarades, elle n’a peur de rien, ni de personne, et l’adolescente rebelle voit en Otis un habile moyen de se faire de l’argent. Vivant seule dans une caravane (sa mère est toxico, son frère est parti on ne sait ou). Les deux personnages vont alors former un binôme drôle et improbable.

Otis et Maeve, un duo atypique mais qui fonctionne bien

Evidemment, Otis va rapidement tomber amoureux de la demoiselle qui finira par succomber au charme de son plan cul régulier, Jackson, le sportif du lycée. Ce jeu entre les deux personnages nous tiendra en haleine tout au long de la série, jusqu’au final de la première saison. Il est évident que le téléspectateur n’attend qu’une chose : les voir enfin ensemble. Mais la série joue avec eux et nos nerfs par la même occasion.

Adam, le connard du lycée et Eric, le gay excentrique, vont finir par se rapprocher

Du point de vue des personnages, la série dispose vraiment d’une galerie de lycéens très attachants. Eric, par exemple, le meilleur ami gay d’Otis. Il est gay, il le sait, il le revendique. Son arc – étalé sur quelques épisodes – va tous vous émouvoir lorsqu’il se fait honteusement agresser le soir de son anniversaire ce qui le conduira a se perdre, lui, et son identité. Sa relation avec son père, touchante, et savamment dosée tandis que son amitié avec Otis, rudement mise à l’épreuve, s’en sortira grandit.

J’ai d’ailleurs beaucoup aimé ce binôme. Me rappelant à quel point je pouvais tenir à mon propre meilleur ami, lui-même hétéro. Il est rare de voir ce genre de relations banalisée. Oui, un hétéro et un gay peuvent être les meilleurs amis du monde. Voir Otis se travestir pour son meilleur pote ou même danser un slow avec lui le soir du bal a quelque chose de réconfortant.

Première consultation pour Otis, orchestrée par Maeve avec le personnage d’Adam

L’autre personnage qui a su me toucher, c’est Adam. Présenté dans le premier épisode comme un beau garçon un peu con, légèrement connard sur les bords, il se révèlera avoir un passif lui aussi attachant. Son père est le proviseur du lycée et attend de lui l’impossible. Comment donc ne pas le décevoir ? Surtout qu’il a lui aussi ses problèmes sexuels. La taille de son sexe l’handicape et l’on découvrira lors des derniers épisodes surtout qu’il est lui-même homosexuel. On comprend alors mieux son harcèlement envers Eric. Comme beaucoup d’homophobes, c’est contre lui-même qu’il était en colère, se dégoutant, persuadé de ne pas être l’homme que son père aimerait.

Tout au long de la série, Adam est présent, solitaire, déprimé, perdu. J’ai vraiment eu beaucoup de peine pour lui dans chaque scène le mettant en face à face avec son père. D’autant plus que son idylle naissante avec Eric sera rapidement interrompue lorsque son père décide de l’envoyer en camp militaire.

On peut aussi parler d’Aimee, la jolie copine de Maeve, qui fait partie du groupe des Mean Girls du lycée. Complètement « bête », elle semble à chaque fois débarquer de nulle part sans comprendre ce qu’elle fait là, et dispose des répliques parfois les plus drôles.

Une relation tendre et originale entre mère et fils avec Jean, incarnée par Gillian Anderson

D’un point de vue sexuel, vu que la série s’appelle quand même Sexe Educations, pas certain que vous apprendrez quoi que ce soit. Cependant, les thématiques abordées ont le mérite d’être là. Oui, tous les mecs de 16 ans n’ont pas forcément envie de perdre leur virginité avec n’importe qui et ne pensent pas qu’au sexe H24. Faire son coming-out en même temps que sa meilleure amie ne veut pas forcément dire que l’on doive se mettre ensemble. L’amour c’est aussi de l’attirance. Tout comme il est important pour une fille de se connaître, sexuellement, en se masturbant pour savoir ce qu’elle aime.

Chaque épisode s’ouvre ainsi avec un personnage (principal ou secondaire) qui va se trouver confronté a un soucis qui demandera l’intervention d’Otis. Si celui-ci peut se montrer maladroit, il dispose réellement d’un talent lorsqu’il s’agit de parler à cœur ouvert avec ses camarades. Et cela montre à quel point, aujourd’hui plus encore, les jeunes peuvent avoir besoin d’éducation sexuelle.

Une partie du casting en photo promotionnelles

Un des épisodes va par exemple traiter de la divulgation des photos « nudes » que l’on peut envoyer parfois à quelqu’un sans réfléchir aux conséquences qu’elles entraînent. Surtout quand on découvre la méchanceté qu’il peut y avoir entre filles dans ce genre d’histoires. Ne comptez d’ailleurs pas sur le soutien du lycée quand on voit à quel point le proviseur se trouve gêné d’évoquer l’histoire.

En parlant des profs, ils semblent aussi dépassés, comme le démontre le professeur de physique et de la chorale, alcoolique. Seule la prof de littérature de Maeve semble avoir une réelle considération pour ses élèves.

Enfin, je soulignerai la bonne représentation LGBTQ+ dans la série. C’est très en vogue dans les séries Netflix, mais c’est bien aussi d’avoir des personnages sur lesquels la communauté pourra s’identifier. J’ai évoqué plus haut le cas d’Eric, haut en couleur, ou de Adam, homophobe qui s’avère être lui-même gay, mais on peut parler d’Anwar, qui fait partie des Mean Girls, ou de ce couple de lesbiennes qui viendra demander de l’aide à Otis. Et enfin, Jackson, le beau gosse populaire, est élevé par deux mamans radicalement différentes qui sont sur le point de divorcer.

8.3

Toujours est-il que cette première saison de 8 épisodes était agréable. Netflix n’a pas encore annoncé de renouvellement, mais devant le succès de la série, ça ne saurait tarder et je dois avouer que j’ai hâte d’en voir plus. La série n’est pas parfaite, mais les personnages sont très attachants et j’aimerais réellement les retrouver et voir ou ils en seront.

Netflix
Voir la série sur Netflix
  • Aldric 8.5
  • Johan 8

Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More