Mes 20 jeux de la décennie – Partie 1 (20 à 11)

Mes 20 jeux de la décennie – Partie 1 (20 à 11)

  • Post author:
  • Post category:Jeux Vidéo
  • Reading time:9 mins read

À la base, je souhaitais suivre la mouvance de l’an dernier et proposer mes jeux de la décennie fin 2019. Puis j’ai préféré me cantonner à la définition classique d’une décennie, qui débute sur l’an “1” et non 0, et s’achève sur l’année “0” suivante. Me voici donc, du haut de mes 27 ans, avec un article assez lourd sur les bras, qui me force à regarder loin dans le passé, à une époque où je n’espérais qu’une chose : avoir 18 ans.

Force est de constater qu’avoir débloqué le haut-fait “Devenir Adulte” n’a pas réellement changé une de mes habitudes : jouer, encore et toujours. Je joue toutefois un peu moins qu’escompté… Pour autant, je ne manque pas de jeux, loin de là ! Concilier vie de couple, vie professionnelle et passion n’est toutefois pas de tout repos. Et même si ma passion pour les jeux vidéo demeure inchangée, la forme qu’elle prend, a beaucoup évolué.

World of Warcraft – Legion

Par exemple, je ne joue quasiment plus à aucun jeu sur PC. En dehors des sempiternels World of Warcraft et League of Legends qui accompagnent ma route depuis une dizaine d’années, je ne parviens plus à trouver l’envie de jouer sur ce support, que j’associe (et c’est idiot dans le fond, je le confesse volontiers) au travail, sentiment d’autant plus fort depuis cette année, avec le télétravail qui s’est imposé à nous.  J’ai donc dissocié mes usages : consoles pour les expériences solos, PC pour jouer en multi (en 144Hz, quoi de mieux ?!) et en réalité virtuelle.

Sans plus tarder, attaquons ce “Top 20”. Je vais essayer de faire au mieux pour classer les jeux qui m’ont marqué du 20ème au 1er. Pour autant, le partage deviendra très difficile dès lors que j’attaquerai le top 5.


Hors Jeu

Vu que j’ai choisi de suivre la période 2011-2020, je triche un tout petit peu, et je fais un listing rapide des œuvres m’ayant marqué : Red Dead Redemption, Mass Effect 2, Assassin’s Creed Brotherhood, Halo : Reach ou encore Heavy Rain… L’année 2010 fût formidable à bien des égards. Le jeu que je retiens toutefois, s’il ne devait en rester qu’un, c’est Alan Wake, qui est, je le reconnais volontiers, un jeu imparfait et assez répétitif dans ses mécaniques, mais qui m’a subjugué par son ambiance, sa bande-son et son scénario pouvant être jalousé par King même. Parenthèse terminée, on attaque le top !


20 – Portal 2

S’il y a bien un développeur que j’aimerai voir revenir sur le devant de la scène, c’est bien Valve. Chaque œuvre majeure du studio (donc pas Artifact… ni DotA 2) m’a mis une baffe, et Portal 2 en fait évidemment partie. Que ce soit via sa campagne solo ou son mode coop, le jeu de réflexion en vue subjective de Valve m’en a mis plein les yeux, via l’intelligence de son level-design, via ses dialogues succulents et son humour pince sans-rire du plus bel effet.


19 – Brothers : A Tale of Two Sons

Vous verrez dans ce listing pas mal de titres m’ayant fait verser une larme, et le titre de Josef Fares en fait assurément parti. Découvert en 2013 sur Playstation 3, j’ai refait l’aventure cette année sur Xbox One, et même si l’émotion a été moins vive, j’ai été une nouvelle fois submergé par la poésie se dégageant de ce Brothers : A Tale of Two Sons. Le fait de diriger simultanément les deux frères via une seule manette crée un lien assez unique entre le joueur et les protagonistes.

La quête, bien que relativement classique, nous fera visiter bien des lieux, tous plus enchanteurs les uns des autres. Une superbe aventure, à faire au moins une fois dans sa vie.

 


18 – Max Payne 3

Imparfait, Max Payne 3 l’est assurément. Son rythme sans cesse entrecoupé par des cutscenes aura raison de certains joueurs… et pourtant, ça vaut largement le détour. Rockstar a selon moi parfaitement saisi l’essence de ce personnage, et l’amène encore une fois à devoir traverser l’enfer pour s’en sortir. Un jeu noir et incisif, encore inégalé à ce jour en terme d’action.


17 – Forza Horizon

Difficile de choisir un Forza Horizon parmi les 4 sortis à ce jour. Si je devais en exclure un du lot, j’exclurai le 2, qui m’a moins marqué que les 3 autres. Horizon, c’est le penchant arcade de la licence, prenant place en monde ouvert dans des zones spécifiques. Le Montana pour le 1er, l’Australie pour le 3ème ou  la Grande-Bretagne pour le dernier volet en date.

Chaque opus est plus dépaysant que le précédent, et se rapproche du photoréalisme pour le plus grand bonheur de nos yeux. En terme d’ambiance, FH divisera un peu plus. L’espèce d’événement où tout est “méga-fun” pourra en saouler certains. De mon côté, ça m’a pas mal plus. On ne s’ennuie jamais, on trouve toujours quelque chose à faire, et pour une fois (et c’est suffisamment rare pour être noté), les extensions apportent un réel plus à chaque œuvre, en proposant de conduire des Hot Wheels ou encore des voitures Lego !


16 – The Wolf Among Us

Le grand fan de jeux narratifs que je suis, ne peut pas passer à côté de The Wolf Among Us, un des titres les plus réussis de Telltale Games.

Je ne connaissais pas les comics Fables avant de jouer à cette œuvre, et j’ai depuis acheté toute la série (mais je n’ai pas encore tout lu malheureusement), tant l’univers m’a intrigué. Le fait de détourner la plupart des personnages de notre enfance en les faisant vivre dans notre monde m’a beaucoup plu, et dépeindre ces “héros” de cette manière est aussi déroutant que captivant.

Vivement la suite, en espérant que je puisse entre temps finir de lire les différents volumes !


15 – Diablo 3

Si j’avais la possibilité de dire à mon moi de 2012 que Diablo 3 figure dans mon top de la décennie, je pense qu’il se serait bien fichu de moi. Et pourtant… force est de constater qu’il se retrouve plutôt bien loti avec une 15ème position amplement méritée. Après un départ catastrophique, entre Erreur 37 à foison, butin un peu foireux pour pousser à l’utilisation de l’hôtel des ventes, Blizzard s’était fichu dans une merde noire, et a œuvré longuement dans l’ombre avant de proposer plusieurs mises à jour et une extension redéfinissant le jeu en profondeur, et proposant un titre ô combien solide et apprécié.

Diablo n’a peut-être pas retrouvé sa gloire d’antan, mais a su faire amende honorable et s’est même attiré un nouveau public avec des portages console d’exception.


14 – A  Plague Tale : Innocence

Véritable coup de cœur de 2019 pour moi, le titre des Bordelais d’Asobo Studios m’a fait vivre une aventure riche en émotions. Mêlant aventure, action et infiltration, A Plague Tale : Innocence a su mettre en lumière ce studio français grâce à son duo de personnages attachants et son périple aussi sombre que beau.

A Plague Tale : Innocence

À bien des égards, le titre m’a fait penser à The Last of Us. Alors oui, il n’égale pas encore le génie de Naughty Dogs en la matière, mais livre une copie plus que satisfaisante ! J’attends avec impatience l’arrivée d’A Plague Tale 2, confirmé par Focus pour 2022.


13 -Tomb Raider

On reste dans l’aventure-action avec le reboot mettant en avant le personnage de Lara Croft. Après plusieurs volets un peu décevant, Eidos Interactive, racheté par Square Enix, a opéré un reboot complet de la licence Tomb Raider, pour mon plus grand plaisir.

Rise of the Tomb Raider (je n’avais plus de captures d’écran de TR2013)

Ce volet, paru en 2013, fait office de rite initiatique pour Lara Croft, apparaissant comme une jeune femme adulte ambitieuse qui devra survivre sur une île peuplée de mercenaires et d’autochtones bien décidés à tuer tout l’équipage du bateau s’étant échoué sur l’île.

Via ce reboot, j’ai renoué avec la licence, on assiste ici à la naissance de la fameuse pilleuse de tombes, qui va gagner peu à peu en puissance jusqu’à devenir une véritable machine à tuer afin de survivre. Bien rythmé, glauque et joli, Tomb Raider 2013 est une réussite totale de mon côté. Les suites sont également réussies, mais je trouve qu’elles n’égalent pas le premier opus.


12 – Cities : Skylines

Après la déception monumentale qu’a été Sim City pour moi, j’ai suivi de près Cities : Skylines, et grand bien m’en a pris, tant ce titre a su cristalliser toutes mes attentes vis-à-vis du genre. Le titre édité par Paradox Interactive coche aisément toutes les cases du City Builder parfait, et le temps n’a cessé de bonifier ce jeu de gestion.

Alors oui, la politique tarifaire est assez douteuse, et Paradox use et abuse des extensions. Le prix reste toutefois suffisamment bas pour qu’on puisse rempiler et rentabiliser l’achat de chaque nouveau pack de contenus. Afin d’en profiter en mieux, je vous recommande d’éviter les portages consoles, pas forcément fou ergonomiquement… et visuellement en deçà.


11 – Watch Dogs 2

Ayant un peu de mal avec le côté morne de Chicago, j’ai choisi de mettre le 2ème volet de Watch Dogs dans ma liste. Non pas que la quête d’Aiden Pearce ne m’ait déplu, mais j’ai préféré l’ambiance chaleureuse de San Francisco et l’histoire satyrique m’a davantage parlé, et fait un peu moins redite que la bonne vieille vengeance dépeinte dans le jeu originel.

WATCH_DOGS® 2

Plus joli, plus diversifié et plus complet, Watch Dogs 2 suit la fameuse règle Ubisoft qui fait que chaque 2nd volet est un aboutissement du concept de base et devient de ce fait un must-have.


Et c’est tout pour cette première partie ! J’ai choisi de scinder l’article en 2 parties afin d’éviter d’avoir un trop gros pavé. La suite sera disponible mercredi prochain !

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

kyotenshi

Le geek gamer du couple, à la limite de l'addiction ! Passionné par le JV depuis mon plus jeune âge, j'adore discuter et écrire sur ce média ô combien riche. PC, PS4 Pro, Xbox One X ou Nintendo Switch, je joue sur tout, à toutes heures du jour et de la nuit !