Digimon Adventure Last Evolution Kizuna : la fin d’une époque ?

Grâce à François, mon comparse du Digimon Adventure Fandub Project que je vous invite vivement à découvrir si ce n’est fait, j’ai ENFIN pu regarder ce film tant attendu en VOSTFR. Oui, tant attendu car il est sorti pour rappel en février dernier au Japon. Sa sortie blu-ray aux Etats-Unis et au Japon n’a eu de cesse d’être repoussé à cause de la situation liée au coronavirus un peu partout dans le monde. Le film que j’aurais donc du regarder avant de me lancer dans le reboot est enfin sous mes yeux, et 1h45 plus tard je suis… partagé par énormément d’émotion.

Pour rappel, Last Evolution Kizuna se veut être une conclusion finale à toute la saga Digimon Adventure. Chronologiquement, Taichi, Hikari et leurs futurs amis assistent pour la première fois à u combat Digimon dans le premier film dont l’action se situe en 1995. La première saison de 54 épisodes se déroule en 1999, un second film se déroule en 2000, tandis qu’une seconde saison de 50 épisodes et deux autres films nous emmènent en 2002.

Digimon Adventure Tri découpé en six films, se déroule en 2005. Quant au film de Last Evolution Kizuna on peut le placer en 2010, et nos héros sont donc de jeunes adultes, 22 ans pour les deux héros que sont Taichi et Yamato. Oui, car à l’inverse de Tri qui avait su à mon sens doser correctement le temps d’écran de ses nombreux personnages principaux, c’est ici tout l’inverse avec ce film de conclusion. Et la déception pour moi était grande.

Les stars du film, les voilà !

Évidemment, ne poursuivez votre lecture que si vous avez vu le film ou si vous n’avez rien contre les spoilers, car il y en aura plein ! Le film se concentre presque uniquement sur Taichi et Yamato, à l’instar du reboot qui a tendance à les mettre en avant. Et ce n’est tellement pas ce que j’attendais d’un film de conclusion. J’aime Digimon parce que c’est une aventure de groupe, une série animée chorale ou de nombreuses personnalités se mélangent et nous permet d’avoir un ou deux héros à qui l’on s’identifie le plus. Et même si je comprends les contraintes qu’un seul film de 1h40 peut imposer, c’est tellement triste de voir que la plupart des autres personnages sont relégués à un statut de personnage plus que secondaire, voir tertiaire.

Le film en lui-même est très beau et apporte un message déchirant. Car oui, après le visionnage, et pour en avoir parler avec d’autres fans, difficile de ne pas retenir nos larmes. Pendant tout le film, le message est clair. Il est temps de refermer le chapitre Digimon dans nos vies, du moins le chapitre Adventure que l’on a découvert en 1999, et de passer à autre chose. Il faut accepter de grandir, de laisser nos souvenirs d’enfance là ou ils sont et de faire notre deuil. Et l’on comprend d’autant mieux à qui le reboot s’adresse. Il ne s’adresse pas aux anciens fans, non, mais bel et bien à un nouveau public qui ne connait pas Adventure, Zero Two, Tri et ne regardera probablement pas Last Evolution.

L’intégralité du casting n’est pas logé à la même enseigne

Faut-il avoir vu les séries précédentes pour regarder le film ? Je le conseille, ne serait-ce que pour saisir certains clins d’oeils appuyés, comme la brève apparition de Meiko (introduite dans Tri), ou celle des différents élus que l’on a rencontré à travers le monde dans Zéro Two. D’ailleurs, les quatre nouveaux héros de Zéro Two, à savoir Miyako, Daisuke, Ken et Iori disposent tout de même d’un temps d’écran plus important que certains anciens. Sans doute une manière de réparer leur absence totale de Tri.

Last Evolution Kizuna nous entraine alors dans un scénario tout de même intéressant. Différents élus à travers le monde tombent dans un étrange coma et leurs partenaires Digimons disparaissent. Grâce à deux nouveaux personnages introduits ici, Menoa Belluci, une scientifique américaine et son assistant Kyotaro, on va en apprendre plus. Leur histoire est plus intéressante que celle proposée par Meiko dans Tri à titre de comparaison.

Nouvelle protagoniste ou antagoniste ?

Si Menoa semble se présenter comme une aide précieuse, il sera révélé qu’elle est en réalité l’antagoniste principale et qu’elle est à l’origine de la création de Eosmon, le Digimon responsable de la disparition des partenaires Digimons et qui enferme la conscience des élus. Son histoire est tout de même tragique. Enfant surdouée ayant grandi trop vite, elle a vu disparaître sa partenaire Digimon à l’âge de 14 ans en embrassant une vie d’adulte qui ne laisse alors plus de place à son talent d’élue propre aux enfants.

Et c’est parce qu’elle est motivée par l’envie d’empêcher que cela se reproduise chez d’autres élus qu’elle tente d’enfermer tout le monde dans une bulle à travers le monde numérique ou ils resteront enfants à jamais avec leurs partenaires Digimon. Et si l’on peut comprendre son intention, il faut l’arrêter et sauver les différents élus victimes de sa machination, parmi lesquels seront bientôt inclus certains de nos élus.

Que serait la conclusion sans le Digimon le plus apprécié de la franchise ?

Taichi et Yamato, plus que les autres, sont alors désignés pour l’arrêter et combattre Eosmon. Seulement, il est bientôt trop tard. Leur Digivice affiche un cercle de lumière, leurs partenaires Agumon et Gabumon vont bientôt disparaître à leur tour et le statut d’élus pour Taichi et Yamato ne sera que de l’histoire ancienne.

Tout au long du film on se demande s’ils arriverons à empêcher cela, à arrêter le « destin » et s’ils pourront vivre toute leur vie avec leurs partenaires. Et malheureusement, la réponse finale est bouleversante.

Il faut savoir que j’avais gardé en tête l’épilogue de Zero Two, celui ou 27 ans plus tard on retrouve nos 12 élus avec leurs enfants et leurs Digimons dans le monde numérique. Pour moi, Last Evolution Kizuna devait nous amener jusqu’à cet épilogue officiel. J’avais donc bon espoir pour que tout se termine bien. Mais pour une raison mystérieuse, la Toei Animation a décider de balayer cet épilogue en partie. Si les carrières professionnelles des héros resteront les mêmes, leurs Digimons seront effacé de l’équation.

Après leur absence dans Tri, les voilà de retour !

Et je trouve ça tellement injuste. La conclusion initiale de Zero Two était belle, pleine d’espoir et optimiste. Et celle qui nous est proposée par Kizuna est triste, déchirante et bouleversante. Mais je comprends en partie cette nouvelle fin. Mais alors que faire de celle de Zero Two ? Comme il l’est confirmé ici, Takeru écrit un roman et se destine à devenir romancier. A la fin de Zero Two, c’est lui qui narre l’épilogue en lisant le dernier chapitre de son livre. Et François m’a soufflé une théorie : et si le roman était une version utopique de la fin que Takeru aurait souhaité pour lui et ses amis ? Je ne trouve pas ça bête. Peut être que Kizuna est la véritable fin, déchirante, mais que Takeru en aurait souhaité une autre.

Autre détail qui a son importance, tout le monde ne perd pas son partenaire en même temps que ses compagnons élus. Par exemple, à la fin du film on assiste impuissant à la disparition d’Agumon et Gabumon alors qu’ils étaient tous deux en discussion avec leurs partenaires humains. On comprend dans l’ending que Palmon, Gomamon et Tentomon ont à leur tour disparus, mais pas encore Patamon, Tailmon et les Digimons de Zero Two. Leur moment n’est pas encore venu. Pourquoi ? Parce que chacun est à un moment différent de sa vie d’adulte.

Taichi et Yamato sont sur le point de terminer leurs études, ils vont bientôt embrasser une carrière professionnelle et ont de moins en moins de temps à accorder à leurs devoirs d’élus. Taichi termine sa thèse et s’apprête à devenir un politique, tandis que Yamato s’engagera dans l’armée (avant de devenir astronaute). Le moment est donc venu pour eux.

Tout comme il l’était pour Sora. Et la manière dont on le comprend et on le découvre est encore plus horrible. Sora est l’une des victimes de Kizuna. Elle n’apparait quasiment pas, est totalement en retrait voir oublié. Mais ce choix est en même temps dicté par son parcours de vie. Elle a repris les compositions florales et donc le magasin de sa mère, a déjà embrassé sa vie professionnelle et est donc passée à autre chose. Elle refuse de participer au combat car elle veut profiter de ses derniers instants avec Piyomon.

Sora, la grande oubliée du film !

Et tandis que tous les autres sont dans l’internet pour combattre Eosmon, on voit que le Digivice de Sora est brisé, que Piyomon n’est plus là, et qu’elle n’est donc plus une élue. Et ce qui me rend triste c’est que le film refuse de lui accorder ne serait-ce que cinq minutes pour voir comment elle gère ça, seule, de son côté.

Et les autres héros ne sont pas mieux lotis. Jyo est devenu médecin, comme il l’a toujours souhaité, et son rôle consistera à avertir le groupe que Mimi est l’une des victimes tombée dans le coma. Mimi qui possède maintenant sa propre start-up et voyage à travers le monde avec Palmon va en effet être la première du groupe à être attaquée par Eosmon.

Takeru et Hikari s’en sortent un peu mieux grâce à la scène d’ouverture du film ou avec leurs Digimons, ils prennent pleinemet part au combat, mais une fois endormi par Eosmon, ils rejoignent le rang des secondaires. Koshiro, une fois n’est pas coutume, sert ici de génie de l’informatique qui est là pour comprendre et nous expliquer ce qui se passe.

Bientôt à l’affiche d’OAV liés à Kizuna !

Oui mais voilà, leurs relations avec leurs partenaires Digimons ne sont pas exploitées du tout, les relations entre eux non plus. On les retrouvera un peu plus tard alors sous le contrôle d’Eosmon avant d’être sauvé par Taichi et Yamato mais… C’est tout. Ils font de la figuration, ils ne sont là que pour permettre un très leger fan-service et en aucun cas pour servir l’histoire, l’intrigue ou le propos.

Encore une fois, le choix est fait : seul Taichi et Yamato seront développés et méritent alors qu’on s’intéresse à leurs vies, leurs sentiments, leurs quotidiens. Et oui, leurs scènes sont belles et touchantes. Leur amitié est plus solide que jamais, les voir prendre une bière ensemble ou voir que Taichi a des magazines cochons, c’est drôle, c’est sympa. Mais les autres m’ont terriblement manqué durant tout le film.

Séparation déchirante ?

Je le disais plus tôt, on peut se consoler légèrement avec Miyako, Iori, Ken et Daisuke que l’on retrouve en pleine enquête à New York pour le compte de Yamato. Les revoir est sympathique, mais comme Tri l’avait souligné, on sent que ces quatre-là sont totalement déconnecté du reste du groupe. On peut aussi se consoler avec des courtes apparitions de Michael, Meiko, Catherine et tous les enfants élus que l’on a croisé à un moment ou à un autre dans les séries précédentes. Mais ce n’est tellement pas assez.

Et que penser du message ? Apprendre à vivre sans son partenaire Digimon, ne pas avoir le temps de lui dire au revoir, continuer sa vie en grandissant, d’accord, mais cela donne surtout l’impression que l’on nous dit à nous, les fans de la première heure : votre temps est terminé. Laissez Digimon à vos souvenirs d’enfance, c’est précieux, certes, mais avancez et vivez votre vie grâce à ce que vous avez appris.

Je suis donc empli de tellement d’émotions après avoir vu ce film. Je suis triste que cette saga soit réellement terminée, sachant que le reboot se passe dans un autre univers et propose une toute autre histoire. Je suis nostalgique de tous les moments que j’ai pu vivre grâce à Digimon. Au-delà de mes différents visionnages, nul autre anime n’a cette place si particulière, si importante que Digimon Adventure peut avoir dans mon cœur. J’ai fait tellement de rencontre grâce à cette licence, et aujourd’hui encore je la fais vivre de l’intérieur en interprétant Jyo dans le Fandub français.

Mais j’ai ce sentiment d’inachevé. Je veux en voir plus. Et je suppose que mes attentes concernant Jyo, Mimi et les autres seront comblés grâce aux courts métrages produits et liés à ce film. Seulement jusqu’à présent, nous n’avons pu voir que celui centré sur Sora. Sora qui donne vraiment l’impression que les scénaristes n’aiment pas son personnage ou ne savent pas quoi faire d’elle dans chaque série.

D’ailleurs, autre grand regret : les relations amicales et amoureuses des personnages. Comme l’on ne se concentre que sur la relation Taichi et Yamato, tout le reste est oublié. On oublie que Sora est censée devenir l’épouse de Yamato ? Ou en est donc leur relation ? Koshiro a oublié son crush pour Mimi ? Jyo n’avait pas une petite copine dans Tri ? Et mes espoirs de voir Jyo et Mimi finir ensemble tout le monde s’en fiche ? Idem pour Takeru et Hikari, voir Miyako et Ken qui sont censé se marier également à la fin… Bref, ce film me paraît incomplet.

Je remercie tout de même Digimon Adventure qui m’a fait passé des heures incalculables à regarder ses épisodes, ses films, à théoriser, commenter sur le net et collectionner cartes, figurines et autres produits dérivés. Je continuerai de suivre le reboot mais je garderai en moi une certaine forme de blessure après avoir vu ce film. Les Digimon ne sont pas éternels, il faut apprendre à vivre sans eux, savoir se séparer d’une part très importante de notre enfance et accepter la perte d’êtres qui nous sont chers. Et si l’émotion et les larmes sont bien présentes, ce sentiment de vide est lui aussi bien là.


Digimon : l’anime ayant la place la plus importante dans mon cœur. Beaucoup d’émotion.
Beaucoup trop centré sur Taichi et Yamato, une fin qui ne rejoint pas l’épilogue… Et beaucoup de ressenti !
commentaires
Loading...

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More