You are currently viewing Backlog – Spider-Man : Miles Morales

Backlog – Spider-Man : Miles Morales

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Playstation 5
  • Temps de lecture :8 min de lecture

Récupéré en même temps que la PS5 en novembre 2020, j’ai à l’époque opté pour une nouvelle run du jeu d’origine Marvel’s Spider-Man, qui était inclus (via un code de téléchargement) dans l’édition “Ultimate” du titre, et j’avoue avoir été un peu refroidi par la formule assez répétitive du jeu… J’ai donc pris le temps de décanter un peu le tout et j’ai lancé Miles Morales en décembre 2021… et je me dois de le confesser, je regrette un peu d’avoir attendu 1 an, tant la formule évolue dans le bon sens pour moi.

Qu’on se le dise d’entrée de jeu, le stand-alone proposé par Insomniac Games ne révolutionne aucunement la formule. On est ici face à un titre qui reprend en grande partie tout ce qui a fait le succès du jeu d’origine. On retrouve ainsi le Manhattan qu’on connaît bien, à ceci près qu’il a été recouvert d’un fort joli manteau d’hiver. Redécouvrir la ville qui ne dort jamais paré de neige se révèle moins lassant que prévu. Il faut dire que, même après 50h de voltige dans New-York (en enchaînant les 2 titres), on ne se lasse pas de ce système de déplacement toujours aussi jouissif, surtout que le studio s’est amusé à ajouter un petit système de tricks qui permet à notre araignée de Harlem de faire des petites acrobaties aériennes qui procurent quelques points d’expérience et charge notre barre d’énergie. Pour les plus flemmards d’entre-vous (je ne vous blâme pas, j’avoue avoir un peu abusé du système en fin de jeu pour farmer les trophées), on pourra profiter du réseau de métro new-yorkais qui fait office de voyage rapide, et, magie de la PS5 oblige, le temps de chargement n’excède pas 2 secondes… Même un an après la sortie de la console, ces chargements quasi-instantanées font toujours mouche chez moi !

Pas de révolution donc, mais des petits ajouts bienvenus et pas mal d’écrémage sur le contenu annexe qui s’avérait répétitif à la longue dans le jeu de base. Spider-Man : Miles Morales est un titre beaucoup plus condensé que son aînée. L’aventure de Peter Parker s’étendait sur 25/30 heures en prenant le soin de tout faire dans la ville. Ici, pour venir à bout de l’histoire principale, comptez 7 à 8h, et on peut ajouter 4-5 heures pour boucler le reste du contenu. A noter que pour l’obtention du fameux platine, on aura pas d’autre choix que d’effectuer une seconde run en Nouvelle Partie +, donc comptez 20h pour faire tomber le trophée du désir.

On pourra pointer le jeu du doigt et trouver que 8h c’est court pour un titre vendu 60€. Je vous laisse juge de cela, pour ma part, j’ai très largement préféré parcourir ce stand-alone que le jeu de base. Je trouvais que le jeu de base souffrait de pas mal de longueurs, et souffrait du fameux mal des mondes ouverts, avec des icônes posés un peu partout dans chaque quartier de Manhattan pour éviter que le joueur ne s’ennuie un seul instant… Sauf que la qualité ne suivait pas toujours derrière. Les missions annexes n’étaient pas bien passionnantes, les bases de Fisk répétitives à souhait, et la récupération des sacs à dos et autres photos des monuments de la Big Apple permettait de passer le temps mais ne se révélait pas toujours bien captivantes, vu qu’on activait bien vite le “pilote automatique” de notre cerveau pour virevolter d’un point d’intérêt à l’autre.

Insomniac a choisi un autre schéma ici. Les missions annexes sont peu nombreuses, mais suivent un véritable fil conducteur, avec une mise en scène correct et des enjeux qui inquiètent Miles. Quelques bases seront toujours à l’ordre du jour, mais en nombre réduit pour éviter la lassitude, tout comme les collectibles. Il y en a toujours, de plusieurs sortes, mais la manière de les obtenir diffère un peu du jeu de base, puisqu’on aura quelques mini-jeux et autres jeu de piste pour trouver tout les objets. Plutôt malin. Concernant l’histoire principale, on suivra les débuts de Miles Morales en solo, puisque Peter s’éclipse rapidement pour prendre des vacances forcées en Europe avec M.J.

L’action décolle de suite, avec un combat contre le Rhino qui fait office de tutoriel. Pour les joueurs ayant déjà fait le jeu de base, rien ne change pour ainsi dire, les contrôles répondent bien, il faudra toujours enchaîner les combos contre les ennemis et esquiver grâce à notre sens de l’araignée d’une pression sur la touche “Rond”, c’est toujours diablement efficace, et pour dissocier cette les deux hommes araignées, Miles débloque rapidement une aptitude de bio-électricité, qui sera bien pratique pour lutter contre les ennemis du jeu. Bien qu’on soit parfois face à des ennemis classiques, on va vite affronter des brutes d’un autre niveau dans cette suite. La plupart des ennemis disposent d’une armure qui permet de résister aux attaques standard de l’araignée de Harlem… On devra donc user et abuser de l’énergie bio-électrique pour asséner des coups qui vont sonner nos ennemis et permettent d’effectuer de lourds dégâts ensuite.

 

L’infiltration a été un peu revu également, et j’avoue avoir apprécié utiliser ce style de combat, bien plus que lors des premières aventures avec Peter. Peut-être lié au fait que les ennemis font également tous très mal, et qu’arriver dans un gros groupe laisse peu de chance de survie. L’ajout d’une capacité d’invisibilité temporaire aide aussi dans pas mal de situations… tant qu’on ne tombe pas sur des ennemis capables de vous révéler grâce à un radar. Un premier ménage discret de ces soldats anti-furtif s’impose donc avant d’arriver au sol pour fracasser les autres ennemis encore debout. Miles va lutter contre deux entités durant l’aventure, contre Roxxon Corporation, qui souhaite installer des sources d’énergies propres mais qui sont toxiques au long court sur les hommes, et contre une organisation criminelle, l’Underground, qui souhaite s’emparer du Nuform et retourner cette énergie contre la société Roxxon, qu’importe les dégâts que cela provoquera autour. L’aventure se révèle assez riche en rebondissements et intéressante à suivre. Il faut dire que la mise en scène à quelque peu évolué, et que le studio à en charge n’hésite pas à reprendre ce qui se fait du côté de chez Naughty Dogs pour impliquer le joueur émotionnellement.  L’histoire principale fait office de véritable quête initiatique pour Miles, qui se retrouve face à quelque chose de très gros à gérer et qui n’a pas encore su faire ses preuves, les gens lui préférant le Spider-Man “originel”.

Que dire, si ce n’est que j’ai beaucoup aimé ce Marvel’s Spider-Man : Miles Morales. Le studio semble avoir pris en compte les opinions des joueurs et autres journalistes et a tenté d’adapter sa formule pour proposer une aventure plus concise, mieux mise en scène et plus dynamique. On est face à un épisode extrêmement convaincant, et ça ne peut que présager du bon pour la suite des aventures ! Merci Insomniac Games pour ce spin-off délicieux. Prenez le temps pour Spider-Man 2… mais pas trop quand même, j’ai un peu hâte d’y jouer, et je ne ferai pas l’erreur de le laisser dans mon backlog une année durant.

Les + : 

  • Manhattan sous la neige, une redécouverte plaisante
  • Miles Morales, un héros attachant
  • La Bio-électricité, un ajout renouvellant le combat
  • Un open-world exploité intelligemment par Insomniac

Les – :

  • Peut-être un peu cher ? 
  • Une grande partie du contenu sur Harlem
  • Tinkerer, un brin décevante

kyotenshi

Le geek gamer du couple, à la limite de l'addiction ! Passionné par le JV depuis mon plus jeune âge, j'adore discuter et écrire sur ce média ô combien riche. PC, PS4 Pro, Xbox One X ou Nintendo Switch, je joue sur tout, à toutes heures du jour et de la nuit !